Citation

"Là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté" Invitation au voyage - Charles BAUDELAIRE

mardi 24 décembre 2013

B110 - BAAN THAIS


Aujourd'hui point de recette mais plutôt le partage d'une bonne adresse parisienne! Pour ceux qui me suivent depuis un  certain temps, (et même pour les autres :)) vous connaissez peut être mon gout immodéré pour la cuisine thaïe. Quand on m'a proposé de tester  un restaurant aux parfums du royaume de Siam, il ne m'a fallu pas longtemps pour me décider. Il y a quelques semaines de cela, j'ai donc eu  la chance d'aller découvrir  un restaurant thaï  du nom de Baan Thais du coté de Nation en compagnie de Céline  du blog Céline M


Pendant les années où j'ai habité non loin de Nation, je n'ai pas su qu'il y existait ce petit restaurant qui pourtant en vaut le détour.  Dommage...
Nous avons été accueillis par Monsieur et Madame Kham, un couple sino-cambodgien qui assure  le service en salle. Super abordable, on se sent vite à l'aise avec ce couple qui fut d'une gentillesse naturelle à notre égard. On sent assez rapidement dans les restaurants, les gens qui ont un vrai sens  du service et de l'écoute. Et c’était bien le cas de nos hôtes du soir. Pas de service chichiteux, ou d’excès de zèle. Cela s'est confirmé tout le long de la soirée. Pas de service trop présent, donc sur cette partie, cela n'est que du positif. J'aurai pu penser que nous avions eu un traitement de faveur mais en regardant ce couple déambuler dans la salle avec le même égard pour les autres clients, cela se voit assez rapidement que cela n'est pas la cas.
Pour ceux que cela interpelle à la lecture de mon paragraphe précédent, malgré que ce restaurant soit tenu par des sino-cambodgiens, Monsieur Kham m'explique assez naturellement que le cuisto est un vrai thaï.

Concernant le décor, on reste dans le décor traditionnel des restaurants asiatiques français. Pas d’extravagance, le décor est assez sobre et surtout pas d’éléments kitschs, chose à laquelle on pourrait s'attendre dans  un restaurant  asiatique dans notre métropole. C'est donc un autre point positif. Pour ceux qui jugent la qualité d'un restaurant par la propreté des sanitaires, même ici c'est nickel ! :-)

Mais que mange t on dans ce restaurant? Nous avons eu le droit à une dégustation des différents plats de la maison. Nous avons commencé par une belle petite soupe à la citronnelle. 


La maison propose ici des soupes à la citronnelle à base de différents ingrédients, (crevettes, poisson, fruits de mer, poulet et boeuf). Cette petite soupe est vraiment très agréable, les parfums sont plutôt bien marqués. Si je devais néanmoins émettre une critique, c'est la présence des gros bouts de citronnelle qui rend la soupe pas facile à manger. On est sans cesse en train de trier les aliments dans la soupe. Je sais, je suis un fainéant mais dans l'ensemble j'ai apprécié ce plat. 

Nous avons enchainé avec deux petites entrées gourmandes à savoir  des croquettes à la crevette et des saucisses à la citronnelle.




Puis on arrive à l'apothéose! J'ai pu gouter à de superbes gambas à la sauce tamarin sur plaque chauffante.
Nom de dieu ! Comment c'était bon! Moi qui adore le tamarin, je suis limite vexé de n'avoir même pas pu  imaginer un plat comme celui là. J'ai eu le droit à de grosses gambas, avec le coté acidulé de la sauce de tamarin, un simple régal. En écrivant ces lignes, je salive  rien qu'en en me remémorant ce plat. Ce plat était vraiment très réussi. Mon prochain objectif sera de reproduire ce plat tellement je l'ai apprécié.


Ces belles gambas étaient accompagnés d'un  bon petit riz sauté à la thaï.


En résumé, au niveau des plats c'est un quasi sans faute. La cuisine de ce restaurant fonctionne bien  avec des plats gouteux, parfumés. Que demande le peuple!

Le Baan Thais est en plus d'un excellent rapport qualité prix. En effet, les prix sont relativement doux. 
Compter 6 à 7 euros pour une soupe, idem pour les croquettes aux crevettes et saucisses thaïs. 
Les accompagnements de riz oscillent entre 3  et 8 euros et les plats sont en moyenne entre 7 et 12 euros. 

Bref, je ne peux que vous recommander  ce restaurant, donc foncez y, vous ne serez pas déçu.
Informations pratiques
Le BAAN THAIS
101 rue de Montreuil
75011 Paris
Tél : 01 43 73 53 05

Retrouver également les plats suivants:
Carry de poulet Mango Stiky Rice

mercredi 18 décembre 2013

N109 - Nem Thadeua - Salade Laotienne de Riz Croustillant

Le post que je propose aujourd'hui est une sorte de confession, un mea culpa honteux de ma part..
Ça fait plus d'un an que je me vous propose de découvrir au travers de ce blog, des recettes des  plats de différents  pays asiatiques en fonction de mes envies gourmandes. Mais il y a quelques semaines, je m'aperçois avec effroi que j'avais complétement  occulté certains pays, certains pans de la cuisine asiatique. C'était le cas par exemple de la cuisine laotienne.  Ce n’était pas volontaire de ma part, cela était plutôt du à mon ignorance vis à vis de cette gastronomie. Ce fut grâce à nos rencontres entre blogueurs, il y a un mois, que j'ai pu entre-apercevoir la cuisine laotienne. Il va falloir d'ailleurs que je creuse un peu plus cette cuisine, qui m'était encore inconnue..
Finalement, ces rencontres sont la parfaite illustration de ma vision de partage. Des passionnés qui font découvrir à d'autres des cuisines des saveurs différentes. Un grand merci à mes blogueuses :)
(J'en profite : allez faire un tour sur les blogs des copines, vous apprendrez plein de choses, et vous inonderez votre ordinateur de salive tellement vous aurez l'eau à la bouche #classe !)
Une cuisine si succulente que je me devais de reproduire la recette du Nem Thadeua - une  salade laotienne de riz croustillant. Mais rendons à Cléopâtre ce qui appartient à Cléopâtre, Je me suis  très largement inspiré de la recette de Vim qui tient le blog toulemondencuisine. Retrouver d'ailleurs sa recette ICI
Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas été transporté autant par un plat. Pendant deux semaines, le souvenir de ce plat parfumé me hantait. Je n'avais qu'une seule envie, foncer en cuisine et me lancer dans la confection de la recette. Voici donc mon interprétation.


Ingrédients
Pour une vingtaine de galettes de riz croustillantes :
  • 3 verres à moutarde de riz thaï et 1 verre à moutarde de riz gluant
  • 2 oignons
  • 4 saucisses chinoises
  • 4 cuillères à soupe de noix de coco rapée
  • 2 cuillères à café de sel
  • 4 œufs
  • Huile de friture
  • 1 pincée de poivre
Vim utilise 300 gr de porc haché. J'avais plutôt envie de le remplacer avec de la saucisse chinoise.


Pour la garniture (pour 4 personnes – 10 boulettes) :
  • 10 boules de riz croustillantes
  • 200 g de nem chua
  • 1 dizaine de brin de coriandre
  • 3 brins de ciboulette thai
  • 1 citron vert
  • 3 cuillères à soupe de sauce de poisson (Nuoc Nam)
  • Quelques feuilles de menthe
Mélanger les 2 types de riz. Rincer abondamment (3 ou 4 fois le riz)
Cuire le riz à l'autocuiseur. Normalement, il faut la même quantité d'eau que de  riz. Dans cette recette il faut en mettre légèrement moins.
Pendant ce temps, ciseler finement l'oignon.
Battre les oeufs.
Découper les saucisses chinoises en petits dés.
Dès que le riz est cuit, l’aérer et le refroidir au maximum en le mélangeant.


Une fois froid, incorporer dans le riz les saucisses, les oignons, la noix de coco râpée le poivre et l’œuf.
Bien mélanger.
A l'aide d'un petit ramequin peu profond former des galettes et démouler les.
Déposer les sur un plan de travail.



Dans une friteuse ou un wok faire chauffer de l'huile. Faire dorer les galettes de riz. Ne pas les entasser de trop dans l'huile.
Déposer sur du papier absorbant afin d'éponger un maximum d'huile.


S'il vous reste des galettes, vous pouvez les congeler, pour une prochaine fournée de ce plat. Il vous suffira de remettre les galettes au four en mode grill quelques minutes pour qu'ils retrouvent tout leur croustillant.

Dans un saladier, émietter grossièrement  8 ou 9 galettes (cela est  fonction de la quantité de  portion que vous souhaitez faire)
Couper les nem chua en fines lamelles.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est le nem chua, voici un petit post de ma part à ce sujet ICI
Dans mon précédent post, le nem chua est sous forme de ballotins mais sachez qu'il existe en format "saucisson", plus pratique pour les recettes.

Ciseler coriandre menthe et ciboulette. 
Incorporer les herbes dans le saladier
Verser les 3 quarts d'un jus de citron vert et 2 cuillères à soupe de nuoc mam.
Bien mélanger.

Rectifier l’assaisonnement  en fonction de vos goûts.
Il n'y a plus qu'à se jeter sur ce plat :-) 





Retrouver également les plats suivants :
Granny Smith - Citron vert & Coriandre Omelette Thaïe

lundi 25 novembre 2013

R108 - Ragoût de boeuf vietnamien à la citronnelle



Retrouvez la recette  sur mon nouveau blog "Le Chameau Bleu" en cliquant sur le lien ci dessous :
Ragoût de Boeuf vietnamien à la citronnelle

D'ailleurs N'hésitez pas vous abonner à la page Facebook associée,
Vous serez ainsi averti des nouvelles recettes :-)




Retrouver également les plats suivants :
Carry de poulet Mango Stiky Rice

mardi 12 novembre 2013

O107 - Omelette Thaïe


Pour ceux qui auraient suivi de (trop) loin les péripéties estivales  du chinois benny bouffe tout que je suis, sachez que j'ai eu la chance faire un road trip en Thaïlande. Ce fut  pour moi l'occasion d'aller à la recherche de la cuisine de ce beau pays. Fuyant au maximum les restaurants attrape touristes, je me suis mis en tête de manger le plus souvent possible la cuisine locale, la cuisine que mangeaient les thaïs. Rien de tel que les gargotes de rue, les roulottes, les stands, tout ce qu'on appelle la street food. Cette nourriture qu'on mange debout, ou assis sur des tabourets et devant des tables improvisées. Rapide, pas cher, on ne vient pas pour le décorum mais ce qu'il y a dans l'assiette.  Pour moi, c'était une façon de revenir à l'essentiel : le goût ! Je suis donc revenu de ce périple la tête plein d'idées de recette et de sensations, de goûts, de parfum, de texture...

Certains ont leur madeleine de Proust,  ce soir de mon coté, c'est plutôt ma madeleine de Siam. J'avais envie de refaire un plat relativement simple et rapide à savoir l'omelette thaïe. 

Omelette thaïe acheté à Bangkok
 En réalité, comme dans toute les recettes d'omelette, il existe une infinité de variantes. J'ai pu d'ailleurs en goûter quelques variantes. Mais si je pouvais en faire ressortir quelques tendances majeures, c'est peut être l'usage de la sauce de poisson, d' oignons nouveaux et des herbes.
Au royaume de Siam, pour quelques dizaines de baths, (environ un euro) cette omelette est servie sur un lit de riz et accompagné d'une sauce Siracha (Sauce piquante).
Ce soir, j'avais une pauvre tomate qui se morfondait dans son coin. Elle a donc atterri dans ma recette mais cela est optionnelle.
Voici donc ma version.

Ingrédients ( 1 à 2 personnes)
2 gros oeufs
1 tomate
2 ou 3 oignons nouveaux
1 gousse d'ail hachée
1 CaS d'huile
1 CaS de Nuoc Mam
1 CaS de sauce à huître
1 grosse pincée de poivre moulu
5 ou 6 brins de coriandre
2 brins de ciboulette thaïe
Sucre/Sel


 

Hacher grossièrement les oignons.
Ôter la pulpe de la tomate
Découper la chair de la tomate en petits dés.
Ciseler la coriandre et la ciboulette
 
Dans un grand bol incorporer  l'ail haché, l'oignon la tomate, les herbes.



 



Casser les œufs dans le bol.
Rajouter le poivre, le nuoc mam, la sauce à huître, une pincée de sel et de sucre.
Mélanger le tout.
Rajouter un filet d'eau si le mélange est trop dense.





Faire bien chauffer une grande poêle avec un filet d'huile.
Dès qu'elle est bien chaude, verser la préparation dedans.
Bien étaler l'omelette, et cuire à feu doux.
Couvrir la poêle pendant  2 minutes.

Surveiller que le fond de l'omelette ne noircisse pas trop vite.
Plier l'omelette en deux. 
Continuer a cuire 5 minutes à feu doux.

Servir cette omelette avec du riz et du siracha.
Le Siracha est une sauce pimentée liquide.


 Retrouver également les plats suivants :
Carry de poulet Mango Stiky Rice

dimanche 3 novembre 2013

G106 - Granny Smith au Sirop de Citron vert & Coriandre


Allez me revoilà après un petit moment d'absence. Vous ne croyez tout de même pas que vous vous débarrasserez de moi aussi facilement. Le chinois est pire que le morpion..lol. 
Aujourd'hui je propose une petite expérimentation à ma sauce, une petite création avec des dés de Granny Smith dans un sirop aromatisé au citron vert et coriandre. 

J'avais envie de travailler la coriandre de façon différente à savoir dans une recette sucrée. L'association Pomme verte, Citron vert, et Coriandre me semblait interessante à expérimenter. 
Au final le résultat est vraiment très intéressant :-)


Ingrédients (2 à 3 personnes)

Une grosse pomme Granny Smith
4 brins de coriandre
Sucre 
Eau 
2 CaS de Manzana 
1,5 citron vert

Dans une casserole, mettre une dose de sucre pour deux doses d'eau.
Dans mon cas, j'ai utilisé un verre à thé marocain.

Porter la préparation à frémissement jusqu'à que le sucre se soit complètement dissout.
Sortir la casserole du feu.
Laisser refroidir 5 minutes.





Pendant ce temps, presser le jus d'un citron vert et demi.
Écraser grossièrement la coriandre.
Incorporer l'herbe dans le sirop. Laisser infuser pendant 5 minutes.






Rajouter le jus de citron de vert.
Mélanger et réserver.

Couper la pomme tout d'abord en tranches d'un peu moins d'un centimètre d’épaisseur.
Puis couper les tranches de pommes en petits dés d'1 cm.
Rajouter les pommes dans le sirop. 
Faites cela rapidement avant que la pomme ne s'oxyde et noircisse.
Si vous êtes pas trop rapide à la découpe rajouter les dés au fur et à mesure.
Mélanger le tout.

Rajouter la Manzana. Cette étape est optionnelle mais j'avais idée de renforcer le parfum de la pomme verte.
Réserver le tout au frigo.

Vous pouvez même le laisser un peu au freezer avant  de servir ce dessert. 
Bonne dégustation.

Retrouver également les plats suivants :
Pommes de terre sautées au Tamarin Poulet Grillé à la Vietnamienne

samedi 5 octobre 2013

P105 - Poelée de CoCos Plats Croquants à l'Ail & Sauce Huitre

Aussi étrange que cela puisse paraitre, cette poêlée d'haricots plats  fait partie des plats de mon enfance. Étrange, car les haricots plats ne sont pas forcément un légume qui est fréquemment utilisé dans la cuisine asiatique. J'ai du retrouver ce légume dans une soupe de curry en Thaïlande. A part cela, je n'ai que peu de de références de plats asiatiques à base de ce légume. (Si vous en connaissez éclairer donc ma lanterne) Néanmoins, il me reste de vagues images de ma mère me servant ce plat avec un bol de riz quand j'étais minot.. Cela fait très cliché mais bon..
Plus j'avance dans mes explorations culinaires asiatiques, plus je m'aperçois qu'il  y a en réalité 2 vagues de cuisine. La cuisine de fête, avec des plats complexes au niveau de la réalisation, des plats riches. De l'autre coté, il y a les plats de tous les jours, moins élaborés, plus rapide à faire et tout aussi bon.  Cette recette fait donc partie des plats du quotidien chez mes parents.

Assez pratique, c'est une recette express, prête en moins de 10 minutes.

Ingrédient (1 à 2 personnes)
3 CaS d'eau
1 CaS de sauce de soja
1 CaS de sauce a huitre
250 gr de coco plats 
1 grosse gousse d'ail finement hachée
Huile

Laver et équeuter  les haricots plats.
Sécher les dans du sopalin ou dans un torchon.

Dans un poêle, faire chauffer un bon filet d'huile.
Incorporer l'ail haché. Faire suer 30 secondes.
Rajouter les cocos plats la sauce à huitre et la sauce de soja
Faire revenir le tout.

Poêler le tout pendant 5 minutes à feu moyen.
Rajouter l'eau, et couvrir.

Laisser cuire pendant 2 minutes et il ne reste plus qu'à dresser.
Si jamais vous préférez des légumes plus fondants vous pouvez cuire à couvert plus longtemps.



Retrouver également les plats suivants :
Pommes de terre sautées au Tamarin Poulet Grillé à la Vietnamienne

dimanche 29 septembre 2013

S104 - Salade de Vermicelles de Soja à la Thaïe



Ce soir, c'est revival thaïlandais! Ça fait déjà un peu plus d'un mois que j'ai quitté ce fabuleux pays. J'avais donc envie de refaire une recette que j'ai glanée lors de mes escapades nocturnes à la découverte de la street food thaïe. Lançons nous dans un revival...... tourista ... hihihi.. ok je sors :-p




Derrière cette blague, se cachent une question  qu'on me pose de façon récurrente. Toute mes expériences de street food au pays de Siam, ne m'ont engendré aucun problème d'ordre gastrique. Pas de tourista, même si parfois il valait mieux ne pas être trop regardant sur les conditions sanitaires des roulottes qui me servaient de si bons plats. Je ne sais pas si j'ai un estomac moins sensible qu'un autre, mais je suis plutôt convaincu que les conditions d’hygiène de la Thaïlande s'améliorent régulièrement si bien que cela nous évite certains désagréments gastriques.

Bref, j'avais envie de refaire la salade de vermicelles de soja tièdes et épicées que j'avais goûtée à Ayutthaya.
Une recette assez simple et rapide à faire.
la salade de vermicelle d'Ayutthaya


Ingrédients (2 personnes)

1 oignon moyen
1 tomate
250gr de haché de porc
15 brins de coriandre
10 brins de ciboulette
150gr à 200gr de vermicelle de soja
2 gousses d'ail moyennes hachées finement
2 CAS de Nuoc Mam
Préparation à sushi.
Sauce à nem
Poivre

Faire tremper les vermicelles de soja dans un grand bol d'eau tiède pendant au minimum 30 minutes.
Éplucher et couper l'oignon en quartier assez fin. 
Couper chaque quartier en 3 ou 4 morceaux.

Mettre les morceaux d'oignon dans un bol et rajouter la préparation de sushi  jusqu'à hauteur.
Cela va permettre d'adoucir le goût des oignons.
J'utilise la préparation à sushi de Kikkoman :

 
Si vous n'avez pas de préparation à sushi, vous pouvez mettre du vinaigre de riz et du sucre.
(1/2 verre de vinaigre de riz avec 4 morceaux de sucre et un peu de Mirin si vous avez)
Réserver.

Réserver un peu d'ail pour la sauce.
Faire revenir doucement le reste de l'ail dans une poêle avec un filet d'huile.
Incorporer le haché de porc et émietter le.
Faire revenir doucement le porc, et incorporer le nuoc mam.
Rajouter une belle pincée de poivre.
Mélanger le tout.

Dès que le porc est cuit, ôter le surplus de gras.
Remettre le porc dans la poêle.
Refaire chauffer à feu moyen.
Égoutter sommairement les vermicelles et rajouter les dans la poêle avec 1 ou 2 cuillères à soupe d'eau.
Mélanger et couvrir la poêle pendant 5 minutes.

Retirer la poêle du feu et laisser refroidir la préparation.
Pendant ce temps, ciseler finement la ciboulette et la coriandre.
Couper la tomate de la même façon que les oignons.
Égoutter les oignons.

Rajouter oignons, tomates, et herbe dans la préparation.
Mélanger le tout.

Dans un ramequin, mélanger la sauce à Nem, l'ail qui reste, un peu de piment en fonction de votre tolérance.
Recette de la sauce à Nem : ICI
Sachez que la sauce à Nem se conserve très bien au frigo pendant des semaines.

Dresser à l'assiette.
Avant de manger, arroser la salade avec la sauce à Nem à votre convenance.

Bonne dégustation.



Retrouvez également les plats suivants :
Boeuf Lok Lak Caviar d'Aubergine à l'Asiatique

samedi 21 septembre 2013

P103 - Poulet Grillé à la Vietnamienne

Aujourd'hui je vous propose du poulet grillé à la vietnamienne. Il y a quelques mois de cela, un peu par hasard, je commande un poulet grillé à la vietnamienne dans l'un de mes petits restos vietnamiens favoris situé dans le chinatown parisien : Le Bambou (Je vous parlerai d'ailleurs  de ce petit resto dans un prochain post.)

Le nom de ce plat ne m'inspirait pas plus que ça. Je ne m'attendais pas à quelque chose de grandiose. Mais quelle fut ma surprise lorsque j'ai gobé le premier morceau de poulet ! Le poulet était tendre, goûteux, grillé à souhait, chargé de parfums. Sublissime! Bref un régal! Rares sont les fois où je m'exalte autant pour un plat.  
Je me suis mis donc à décortiquer le plat, l'analyser pour essayer de le reproduire à la maison. Après quelques tentatives peu convaincantes, j'ai finalement réussi à trouver une recette qui se rapproche de celle du restaurant.

Ingrédients (2 personnes)
7 CAS de nuoc mam
2 Cas de sucre roux
4 gousses d'ail hachée
2 Cas de d huile
2 pincées de poivre
2 cuisses de poulet (600 gr environ)
5 ou 6 brins de ciboulette thaïe
un ramequin d'huile de tournesol.
Oignons frits
Sauce à nem

Faire chauffer doucement dans un petite casserole de l'huile de tournesol.
Ciseler de la ciboulette thaïe.
La mettre dans un ramequin
Dès que l'huile est chaude, verser la dans le ramequin.
Rassurez vous l'huile va grésiller au contact de la ciboulette.
Laisser refroidir cette huile aromatisée.


Préparer la marinade.
Pour cela, dans un saladier, incorporer le nuoc mam, le sucre, l'ail haché, huile, le poivre.
Bien mélanger.
Ôter les reliquats de plumes et de poils  des cuisses de poulet.
Entailler profondément les cuisses de poulet afin  que la marinade puisse s'infiltrer dans la viande.
Plonger la viande dans la marinade.
Arroser la viande avec la marinade pendant quelques minutes.
S'il n'y a pas assez de marinade rajouter une ou 2 cuillères à soupe d'eau.
Filmer le saladier, et laisser mariner la viande au frigo à minima 4 heures.
Vous pouvez  mariner la viande la veille pour le lendemain.
Pensez également à retourner la viande et l'arroser de temps en temps.

Préchauffer le four à 210°
Dans un plat, mettre un filet d'huile. 
Déposer le poulet avec le coté peau face au plat.
Cuire pendant 20 minutes.
Après cette première phase de cuisson,  passer le four en mode "Grill"
Retourner le poulet coté peau.
Griller le poulet pendant 20 autres minutes.
Pendant ces 20 minutes, surveiller régulièrement le poulet, pour éviter que la peau ne brule. Cela dépend surtout de votre four si vous êtes en chaleur tournante ou pas, cela dépend de la puissance aussi de votre grill. Bref surveiller le poulet comme le lait sur le feu.

Dresser le poulet dans une assiette.
Badigeonner le poulet avec l'huile à la ciboulette.
Parsemer le d'oignons frits. 

On peut trouver des oignons frits dans quasiment toutes les épiceries asiatiques.


Déguster ce poulet avec une sauce à nem (recette => ici )




Retrouvez également les plats suivants :
Carry de poulet Mango Stiky Rice